Comment éviter le choc intergénérationnel ?

Comment faire cohabiter des seniors plus longtemps en poste, des jeunes nombreux à intégrer et des quadras en attente d’évolution ? La question s’impose aux managers et aux RRH.

Le départ tardif à la retraite des agents nous force à prendre en compte une donne dans la gestion de la diversité des âges. Les responsables RH ne peuvent plus focaliser leur action sur une population donnée, mais doivent prendre en compte cette grande diversité pour élaborer leur politique de formation et de mobilité et apporter des solutions individualisées aux attentes des uns et des autres.

 

« Pour les RH, la gestion de la diversité renvoie à l’identification des compétences stratégiques et critiques pour l’entreprise », insiste un directeur du département études et recherche d’une agence d’emploi. Ce qui implique une connaissance fine des cibles et de leurs attentes. « Les jeunes diplômés sont plus volatils. Nos études sur cette population montrent à quel point ils attendent de l’entreprise un enrichissement de leur parcours professionnel », poursuit-il.

 

Autre challenge à relever : insuffler dans l’organisation des procédures qui facilitent la coopération et les échanges réussis entre les générations. Tutorat, création de binômes, de plates-formes intergénérationnelles, formation… Autant de pistes à explorer pour accompagner la transmission du savoir-faire et du savoir-être, gages d’un mieux-vivre ensemble dans l’entreprise.

  • Partager